Histoire conflictuelle avec le déodorant ou la libération des aisselles #2

Si vous avez suivi précédemment mon histoire conflictuelle avec le déodorant (pour lire l’article, cliquez ici), je reviens  ce soir pour mettre fin au suspens insoutenable. Je vous présente les Actes III, la Solution, et IV, la Réconciliation.

 

 

Acte III – La Solution #lechatétaitinnocent

On parle de sérendipité ? J’aime bien ce mot. La sérendipité est le fait de réaliser une découverte fortuite, ou de trouver autre chose que ce que l’on cherchait. Comme Christophe Colomb, les sœurs Tatin ou encore M. Post-It, c’est en cherchant autre chose que j’ai mis fin au conflit avec mes aisselles.

Pour comprendre, (merci google) notre sueur est apparemment un met de choix pour les toutes petites bactéries qui se cachent sur notre peau. En la consommant, ces bactéries transforment la sueur en composés chimiques qui sentent mauvais. Donc, pour se débarrasser de l’odeur, il faut non seulement, avoir une hygiène corporelle correcte, mais aussi avoir une lessive qui lave plus propre que propre en nous débarrassant des petites bactéries. Et à priori, aucun déo ne peut rien contre elles, même en les étouffant avec de l’agent Parfum Vanille.

Jusque là, j’achetais ma lessive en bidon, au gré de mes humeurs et envies de vacances, en regardant la jolie photo tropicale de l’étiquette, senteur hibiscus, parfum de coco, souvenir d’orient, etc etc. Mais ma lessive était «bidon» ! (Excellent ! Non ?).

Sans me douter de la sérendipité de cette journée où tout a basculé, je me retrouve à faire ma lessive ailleurs que chez moi. Il n’y a que de la lessive en poudre dans un baril vert. Non mais qui utilise encore de la lessive en poudre ! Tellement has-been ! Pas d’hibiscus, pas de palmier, ni même la photo d’une plage sur l’étiquette… lessive morose…

Oui, mais !
Oui mais bizarrement, les jours qui suivent, point d’odeur à l’horizon. Le chat gambade. Les cigales chantent. Le soleil se couche et ça sent seulement le coucher de soleil…

Une ampoule s’allume dans un coin de ma tête : et si les déos n’étaient là que pour camoufler ? Et si le problème ne venait pas de moi ? Et si le chat était innocent ? Et si la solution était dans … la lessive ? Bref, ni une ni deux, je cours acheter la lessive en poudre dans le baril vert, pas glamour pour un sous.
Et ça marche ! Eureka ! J’ai trouvé la lessive qui lave même les aisselles !

 

Déodorants naturels, Pachamamaï, Lamazuna, Clémence & Vivien

 

Acte IV – La Réconciliation #oularévélationdesdéodorantsnaturels

2016 a marqué pour moi le début du grand changement dans le choix de mes cosmétiques. Comme je l’expliquais dans la première partie de cet article, j’avais depuis bien longtemps rompu avec les déodorants, toutes catégories confondues.

Lorsqu’on m’a offert un déodorant Clémence & Vivien, le Sucré, il n’est pas venu « remplacer » un déo de grande distribution. Mes aisselles s’épanouissaient librement loin des parabens et perturbateurs endocriniens. Son parfum subtil d’huile essentielle d’ylang-ylang a séduit la vahiné qui est en moi, puis sa composition naturelle m’a réconciliée avec le concept même de déodorant.

Mes velléités d’exploratrice en matière de cosmétiques naturels m’ont amenée ensuite à tester les déodorants solides de Pachamamaï et Lamazuna.

Pas de battle ici. Les 3 m’ont convaincue. Je vous présente ci-après les atouts de chacun.

Si je devais n’en garder qu’un, ce serait celui de Clémence et Vivien, pour les raisons suivantes : son application est plus agréable, et son prix. L’application des 2 solides n’est pas pour autant désagréable, et leurs prix se justifie par leur longévité.

En conclusion, je suis réconciliée avec le déodorant ! Et je ne vis plus dans une caverne, loin loin de toute civilisation.

 

Le Sucré, Clémence & Vivien

Sa composition : butyrospermum parkii (karité)*, zhea corn starch (amidon de maïs)*, helianthus annuus seed oil (huile de tournesol)*, sodium bicarbonate (bicarbonate de sodium)*, prunus armeniaca kernel oil (huile d’abricot)*, cananga odorata flower (ylang-ylang) oil, salvia sclarea (sauge) oil, cedrus atlantica (cèdre de l’Atlas) oil, tocopherols (vitamine E), benzyl benzoate**, farnesol**, linalool**, limonene**, géraniol**. *issu de l’Agriculture biologique  ** naturellement présent dans les huiles essentielles

Son prix : 7,90 €

Application : s’applique au doigt, comme une crème, sur les aisselles.

Les plus selon moi : le karité ultra doux pour les aisselles – son parfum ylang-ylang subtil – le contenant en verre réutilisable – la mention slow cosmétique

 

Le Fresh Up, Pachamamaï

Sa composition : bicarbonate de sodium, huile de coco*, tensio-actif naturel issu du blé, argile*, candelilla*, argent, huiles essentielles de pamplemousse*, géranium*, sauge* et vétiver*.(*bio)

Son prix : 12 €

Application : directement sur la peau mouillée, tartinez-vous avec Fresh Up sous les aisselles.

Les plus selon moi : l’argent qui participe avec le bicarbonate de sodium à éliminer les bactéries responsables du développement des odeurs (vous vous souvenez ?) – zéro déchet – la mention slow cosmétique

 

Déodorant solide au palmarosa, Lamazuna

Sa composition : Sodium bicarbonate, cocos nucifera (coconut) oil*, kaolinite, helianthus annuus seed cera / helianthus annuus (sunflower) seed wax*, cetearyl wheat straw glycosides, cetearyl alcohol, acetic acid, cymbopogon martini (palmarosa) oil*, geraniol, linalool, citral, farnesol, limonene, * labellisés bio

Son prix : 12,50 €

Application : frottez-le directement sur vos aisselles encore mouillées après la douche.

Les plus selon moi : l’huile essentielle de palmarosa qui grignote les bactéries (encore elles !) – zéro déchet – la mention slow cosmétique

 

Note de l’auteur : pardon aux amies à qui j’ai fait renifler mes aisselles dans les moments de doutes au cours de ma longue « histoire conflictuelle avec le déodorant ». Merci à ma copine Marie qui a tout subi.

Rendez-vous sur Hellocoton !

Clémentine

Clémentine, 38 ans, se balade en quête de nouveaux "z'essentiels". C'est un peu comme des "l'authentiques". Vous nous accompagnez vers plus de simplicité ?

22 Comments

  1. Hello !
    Je n’ai pas de gros gros soucis d’odeurs niveau transpiration mais j’utilise également depuis 1 an le baume Clémence et vivien.
    Tiens, tu m’interpelles avec cette histoire de lessive !! Il faut que je fasse des efforts de ce côté là également ! Prochaine étape…
    Bise

  2. Quelle chance tu as ! J’ai réellement lutté avec ce problème. Il y a aussi une question génétique je pense, parce mes frères, qui ne vivent pas sous le même toit et n’utilisant pas les même produits ont exactement la même odeur de transpiration que moi. Enfin, la lessive et mes petits déo naturels m’ont sauvée de la vie d’hermite ! Du coup la lessive en question n’est pas particulièrement écolo, mais elle n’est pas en bidon plastique et encourage le lavage à basse température. Et lorsque je l’achète, je sais que c’est à 100% parce qu’elle satisfait mes attentes de consommateur et pas parce que la pub me vend du rêve. Le baume Clémence et Vivien est un vrai coup de coeur !

  3. Très intéressants tes deux articles, et bon à savoir pour la lessive !
    Je n’ai pas eu autant de problèmes que toi niveau odeurs (même si la transpiration ne sent la pâquerette pour personne je crois ^^) mais j’ai eu besoin d’un petit temps d’adaptation quand même pour passer du déodorant en spray tout plein de produits cracra à un déo naturel.. J’ai commencé avec le déodorant solide Schmidt’s que je n’ai pas vraiment aimé car moins pratique et il m’irritait un peu les aisselles.. et puis j’ai fini par trouvé le déo Clémence & Vivien que j’adore, un vrai coup de coeur, il est pratique et efficace ! Je vais finir le Fleuri dans quelques jours et après je commencerai l’herbacé que j’aime beaucoup aussi 🙂

  4. Coucou, merci Margaux. Oui, je crois que Clémence & Vivien vont inonder le monde avec leurs déos. Je n’ai jamais testé l’herbacé. J’ai beaucoup de mal avec la menthe en général. Et on en a déjà parlé, mais leurs savons sont vraiment parfait aussi. Pour les déodorants en tout cas, je ne reviendrai JAMAIS en arrière !

    • C’est sûr que je ne reviendrai jamais en arrière non plus ! Le prochain sur ma liste est leur petit nouveau Le Poudré qu’il me tarde de découvrir 🙂
      J’espère bien qu’ils vont inonder le monde avec leurs déo, parce que en plus d’être géniaux ils sont aussi top pour la planète niveau déchets avec leur petit pot en verre !

        • C’est tout récent, je l’ai su en lisant l’article http://shakermaker.fr/10-marques-slow-bienveillantes/ sur le blog ShakerMaker (c’est elle qui a créé leur nouveau design) 🙂 Il me semble qu’il est disponible pour le moment sur le corner green de Birchbox ^^ J’ai hâte de l’essayer même si c’est pas pour tout de suite vu que je viens juste d’entamer l’herbacé..

          • Mais oui, j’ai vu ce petit packaging bleu tout nouveau ce matin. Fleur d’oranger & lavande ! Intéressant ! Bon entre le Lamazuna et le Pachamamai qui durent des lustres et mon stock de Clémence et Vivien, je pense que je ne le testerai pas avant 2018.

  5. Suspens, émotion, dénouement inattendu, en bonus 3 nouveaux déo à tester ! Cet article frise la perfection 😀

    • Comme ton commentaire me touche ! Et tombe à pic…pour me remonter le moral. ô rage ! ô désespoir ! Mon ordinateur n’a pas supporté toute l’effervescence et le piquant de Vert Cactus. Il a l’air mort. J’ai les aisselles qui chauffent de panique et je crois bien qu’aucun déodorant n’y pourra rien cette fois-ci !

        • Mon mari a passé la journée à lui faire un massage cardiaque. On a réussit à le maintenir en vie. Il vient de réouvrir les yeux, mais les séquelles sont dures à encaisser. Il est complètement amnésique. Il a oublié tout ce qui s’est passé depuis 2 ans. Il a oublié mon mariage, mon voyage de noces, mes vacances en Crète… tous mes mots de passe. dur dur.

  6. Hello!
    J’ai adoré cet article plein d’humour! Pas facile de trouver un déo clean et (presque) zéro déchet. Justement j’en cherche un nouveau car j’ai presque finit le miens de chez B com Bio. Compo plutôt clean, efficace, mais c’est un roll on alors c’est pas très zéro déchet… Du coup j’ai bien envie de tester le Clémence et Vivien avec son odeur de fleur. Il me semble qu’il est en vente dans la boutique Vegan de mon quartier…
    Bisous et bonne soirée
    Mimi

    • Re-bonsoir,
      Je vais essayer de maintenir le cap coté auto-dérision. Mais c’est une de mes spécialités alors j’ai bon espoir. Le Clémence et Vivien est vraiment parfait. Je l’offre à toutes les copines que j’essaye de convertir. Les 2 solides font le job, mais il leur manque une petite touche de « glamour ». Reviens me dire ce que tu en as pensé ?
      A très vite !

  7. Comme je comprends ton parcours déodérantesque ! J’ai eu à peu près le même 😉
    J’adore le lamazuna, et mon déo maison au bicarbonate et huile de coco avec de bonnes petites huiles essentielles se rapproche un peu des clémence et vivien que je n’ai jamais testés (mais qui me font de l’oeil).

    Par contre côté lessive, je n’ai jamais fait le test, mais moi qui suis plutôt écolo je viens de passer à la lessive maison au savon de marseille alors pas sûre que ça marche comme ta lessive en poudre, et je me refuse pour l’instant à y revenir !
    Mais en effet il reste des odeurs de transpi surtout sur les vêtements de sport, donc j’essayerai le coup du vinaigre blanc sur les fringues avant de les laver.

    • Hello,
      Je comprends que tu ne reviennes pas sur un changement positif en terme d’écologie. Il faudra probablement que j’y vienne aussi à un moment ou à un autre. Je regarde déjà un peu les recettes existantes, et j’essaye de trouver la composition de ma lessive magique. Etonnement, je ne la trouve pas ! Il faudra que je cherche mieux (« peut-etre sur la boite elle même », me dis-je en pensant que je suis une grosse feignasse à chercher cette composition sur internet…).
      Le pré-trempage au vinaigre blanc devrait faire l’affaire. Je l’ai fait sur tous mes hauts pendant des années.
      Dis moi si tu vois du changement avec !
      A bientôt !

      • Je viens de commencer, j’espère être convaincue ! Pour l’instant, ça me semble détacher moins bien que la lessive industrielle, donc il faudra que je frotte les tâches éventuelles avec un savon détachant, et pour l’odeur et bien pas parfait non plus. Mais je suis sûre qu’il y a des solutions ! La prochaine fois je teste la lessive au lierre !

  8. j’utilise le lamazuna depuis plus d’un an, je l’ai déjà racheté une fois 🙂 un deo m’a duré au moins 10 mois ! je l’adore. Comme je l’aime bien, je ne pense pas tester celui de clémence et vivien, car je suis en mode zero dechet sur pas mal de trucs.
    mais pourquoi pas tester le pachmamai un jour.

    sinon, pour l’odeur, je trouve que je pue quand je stresse, et quand je porte des vêtements en acrylique / synthétique.
    mais avec du coton ou de la soie, pas de problème (sauf gros coup de stress).

    • Coucou,
      Merci pour ton commentaire ! Et merci d’avoir pris le temps de lire ma grande aventure avec le déodorant, hihi.
      Oui le Lamazuna dure une plombe ! Le Pachamamaî est vraiment bien aussi, dans le même genre ! Vraiment je ne saurais pas choisir entre l’un et l’autre.
      Pour ce qui est de l’odeur et du stress, je confirme, c’est complètement lié. Et je ne porte plus de Tshirt ou Haut en synthétique non plus. Seul le coton est compatible avec moi, la soie moins parce que ça marque beaucoup les auréoles…
      A très vite ! 🌸🌵🌼🌿

  9. Je compatis car je vis la même chose mais je n’ai toujours pas trouvé le deo idéal. On dirait que mon corps s’habitue : je ne sens plus la transpiration pendant quelques jours dons j’ai l’impression d’avoir trouvé le graal, puis l’odeur revient… retour à la case départ ! Mais tu m’as donné envie de tester le Clémence de Vivien. Sinon pour la lessive c’est quelle marque ???

    • Coucou !

      119 ! C’est le nombre de jours qu’il a fallu avant qu’on me pose cette question essentielle : « Sinon pour la lessive c’est quelle marque ??? » . Je commençais à croire sérieusement que j’étais la seule à me battre avec mes odeurs de transpiration !
      Alors merci ! Merci de donner enfin tout son sens à mon article ! La marque c’est Ariel Actilift !
      Et depuis mon article je suis arrivée à plusieurs conclusions supplémentaires :
      1- le lamazuna a cessé de fonctionner sur moi
      2- Je ne suis toujours pas décidée entre le Fleury et le Sucré de Clémence et Vivien
      3- le seul qui fonctionne quoi qu’il arrive (stress, sport, grosse chaleur) est le Pachamamai, même après plusieurs mois d’utilisations quotidiennes.
      Merci d’être venue enfin donner du sens à mon article !

      • Eh ben non tu n’es pas seule à te battre contre la transpiration ! Je vais tester les produits dont tu parles. En tous cas merci pour toutes les infos que tu donnes dans ton blog, j’aime bien avoir des avis sur les produits avant d’acheter… et puis maintenant je sais que pour les deo je peux me fier à toi !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *